Balades

Le Tour du Niélard

Parce qu’il faut bien un début à ces aventures d’altitude, je vous emmène en balade… Et pour se lancer, autant parler du terrain que je connais le mieux, celui où je vis toute l’année : la Tarentaise. Cette balade nous conduit entre vallée des Belleville et vallée des Avanchers, en boucle autour de la Pointe du Niélard. Vous me suivez ?

Pour cette première randonnée, j’ai choisi un parcours « à domicile », entre vallée des Belleville et vallée des Avanchers. Pourquoi chercher très loin la beauté qui se dévoile à notre porte ? Car oui, il faut enfin le faire savoir, la commune de St Jean de Belleville possède de magnifiques vallons sauvages, trop souvent ignorés des vacanciers qui se pressent vers Les Menuires et Val Thorens. Il serait dommage de passer à côté de cette petite route qui, au départ de St Jean, grimpe vers Deux-Nants et La Sauce, deux hameaux authentiques de montagne. Il faut se faufiler dans les ruelles de ces villages miniatures, admirer leur habitat d’alpage figé dans le passé, pour goûter cette atmosphère à la fois bucolique et surannée.

Vallon du Nant Brun – la-haut.net

Hameau de La Sauce – la-haut.net

Lorsqu’on a fait le plein de charme, on passe aux choses sérieuses. Direction Orgentil ! Pour gagner cet alpage, on peut au choix partir de Deux-Nants (petite sente raide et pas toujours bien visible) ou de La Sauce (piste d’alpage bien tracée mais plus longue). Comptez environ 30 min pour atteindre l’alpage d’Orgentil (1.891 m), occupé l’été par des vaches. Mais la plus belle saison pour découvrir ce vallon, c’est juin, lorsque la prairie se tapisse de gentianes acaule et de violettes. S’étirant entre deux hauts sommets – le Cheval Noir et le Niélard – le vallon est aussi abondamment irrigué par des ruisseaux qui descendent de toutes parts et se rejoignent dans le ruisseau principal.

Alpage d’Orgentil et ses gentianes accaule – la-haut.net

Ca y est, on se prend pour Heidi, on va enlever nos chaussures et faire des bonds de cabri au milieu des fleurs… Ou bien s’offrir une petite pause méditation face au paysage.

la-haut.net

Après Orgentil, une large piste nous conduit vers le col du Mottet (2.370 m). Alors, je ne vais pas vous mentir, l’arrivée au col est… hum, hum… quelque peu défigurée par les aménagements du domaine skiable de Valmorel qui grignote l’autre versant. Mais bon, on lève les yeux vers la chaîne de la Lauzière qui se découvre maintenant, le doux vallonnement de la vallée des Avanchers, et tout va mieux. Si vous ne voulez pas finir en mode chamois sur une piste noire, préférez le sentier qui part à gauche, en direction du téléski du Riondet. Cette zone très rocheuse, parsemée ici et là de névés, est un paradis à marmottes. D’ailleurs, monsieur et madame Marmotte, croisés sur mon chemin, ont accepté de prendre la pause, bien que prudemment abrités derrière leur rocher, histoire de jauger mon éventuel potentiel de prédation.

Chaîne de la Lauzière, vallée des Avanchers © la-haut.net

M. et Mme Marmotte prennent la pause © la-haut.net

Le sentier descend doucement vers le col du Gollet (1.971 m) en contournant la montagne du Niélard, qui révèle son impressionnante arête rocheuse depuis le col. Pour descendre en toute tranquillité le vallon du Gollet, il suffit de suivre le sentier balisé « Grand Tour de Tarentaise » qui nous ramène au-dessus du village de Deux-Nants, ou de redescendre à St Jean de Belleville par le bois de Champfleuri. Attention à ne pas manquer ce petit sentier forestier, assez peu visible au départ, bien que signalé par un panneau en bois gravé.

Pointe du Niélard © la-haut.net

Tour de la Pointe du Niélard
Départ : St Jean de Belleville/La Sauce
Temps : entre 5 et 6h
D+ : environ 900 mètres
Carte IGN Top 25 / St-Jean-de-Maurienne/St-François-Longchamps/Valmorel
Refuges : refuge et gîte d’étape du Nant-Brun (06.89.91.09.44), refuge de Plan Lombardie (09.82.12.43.08)

Suivez la-haut.net